25.4.08








BRASSÉE D’IRIS

Il y a quelques années, avant d’aller se consacrer, ailleurs, à autre chose, Luc Bourdillon avait pris du plaisir à pratiquer quelques hybridations, notamment en utilisant ‘Thornbird’ comme géniteur principal. C’est Pascal Bourdillon, son frère, qui, maintenant, a mis à son catalogue un certain nombre des obtentions sélectionnées par Luc. C’est une façon commode de régénérer un catalogue que les difficultés présentes entre l’Union Européenne et les Etats-Unis à propos des conditions d’importation des iris rendent plus délicat à renouveler. En 2004 Luc Bourdillon m’avait invité à parcourir les rangs où poussaient ses semis et à donner mon avis sur les plus intéressants. Les 28 variétés aujourd’hui retenues font donc partie de celles que j’avais vues ce printemps-là.

Dans cette brassée de nouveautés, dont on peut trouver les photos sur le site marchand de la maison Bourdillon, il y a forcément du bon et du moins bon. La présente chronique va essayer de faire le tour de ce sujet du point de vue de l’amateur collectionneur d’iris.

Il y a deux variétés roses : ‘Barrière de Corail’ et ‘Crevette’. Elles sont assez voisines, de forme classique, plutôt frisées, mais sans grande originalité.

‘Café-Chocolat’ est un iris brun, une couleur plutôt rare, et en ce sens il possède une certaine originalité. Il se situe dans la lignée de ‘Rusty Magnificence’ (Niswonger 95), un brun récent, en un peu plus clair.

Parmi les iris à éperons il y en a deux qui son très voisins : ‘Chamois d’Or’ et ‘Paillasson’. A mon avis, le coloris un peu plus contrasté (surtout les éperons, violets) de ‘Paillasson’ lui donne l’avantage, mais nous sommes dans un ensemble où l’on retrouve les caractéristiques de ‘Sky Hooks’, notamment le coloris jaune verdâtre. Avec ‘Tigrou’ on se rapproche du modèle ‘Thornbird’, notamment à cause de la couleur des éperons. Ceux-ci, longs et recourbés, sur des sépales qui supportent bien leur poids, en font une fleur très agréable. On serait tenté de donner une appréciation aussi bonne à ‘Guerrier Valeureux’ qui présente un aspect similaire en un jaune un peu plus doré, mais la taille râblée de la plante la dessert nettement. C’est un iris de bordure plus qu’un grand iris.

Trois variétés sont très proches d’aspect : ‘En Sologne’, ‘La Vie’ et ‘Nuisette’. ‘La Vie’ est plus nettement un amoena indigo que les deux autres que l’on peut qualifier de bitones. Des trois, c’est ‘Nuisette’ qui me paraît le plus intéressant, avec la forme gracieuse, un peu ouverte, de ses fleurs et ses petits éperons bleus.

Un certain nombre d’autres variétés me paraissent d’intérêt secondaire : formes de fleur très traditionnelles, coloris rencontré maintes fois… ‘Gamay’, ‘Glace’, ‘Myrtille’, ‘Néon’, ‘Ombre’, ‘Papillon Blanc’, ‘Sirop de Framboise’ et ‘Velours Noir’ sont dans ce cas, chacun dans son modèle ou son coloris. Quand on voit les photos, on se dit : « Mais j’ai déjà vu ça quelque part ». ‘Guimauve’ sera placé par certains dans le même sac. Pourtant son coloris légèrement violacé lui donne un certain charme ; néanmoins moins la forme de la fleur, très années 70, lui enlève de la valeur.

Une fleur comme ‘La Solognote’ intéresse surtout par son coloris contrasté. C’est un variégata par ailleurs on ne peut plus traditionnel ; tant qu’à faire, je lui préfère ‘Tout Feu Tout Flamme’ dont la forme, ondulée et légèrement frisée, est tout de même plus attractive.

Pour en terminer avec les fleurs qui n’ont pas beaucoup d’intérêt pour les collectionneurs, citons ‘Spot’, qui reprend une association violet sombre plus tache blanche sous les barbes qui était déjà celle du fort connu ‘Winner’s Circle’ (Plough 72).

Il reste six variétés qui suscitent davantage la curiosité. Dans l’ordre alphabétique, on trouve ‘Epée Violette’, visiblement un descendant de ‘Thornbird’, mais dans un coloris très frais. ‘Libellule’, gracieux et original, associe des pétales bouillonnés et des sépales mouvementés à des éperons touffus et amusants, le tout dans deux tons de mauve bien agréables. L’un de mes préférés sera ‘Rivière Pourpre’. Non pas que la forme de sa fleur soit très moderne, mais ses sépales très larges à la base lui donnent de la tenue, et l’association bleu glacier et indigo sombre, relevée d’une pointe de moutarde pour la barbe, est bien plaisante. ‘Sous le Vent’ est le troisième variegata de la sélection. Il est gai, jeune d’allure, et attire l’œil. Avec ‘Splendeur des Tropiques’ on est en présence d’un iris bitone bleu tout en mouvement, tout en fraîcheur, une jolie fleur. Pour terminer, ‘Vol au Vent’ retient l’attention grâce à ses éperons longs, minces et recourbés comme les cils d’une poupée, qui prolongent en bleu vif des barbes jaunes au cœur d’une fleur d’un beau bleu bitone.

Un peu plus de rigueur dans la sélection finale aurait été plus satisfaisante pour ceux qui choisissent leurs iris en terme d’originalité. Néanmoins toutes ces fleurs ont l’air d’être de bons iris qui devraient plaire et convenir à la majorité des acheteurs. Je regrette de devoir néanmoins ajouter un bémol : le prix de ces plantes me semble un peu élevé. Enfin, pour ceux qui s’intéressent à l’hybridation, il est dommage de ne pas pouvoir disposer des pedigrees.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

N'ayant pas trouvé les enregistrements officiels de ces plantes dans le receuil de l'AIS, je me demande si Pascal Bourdillon a l'intention des les enregistrer ou non. . . ou si ce sera encore un histoire de noms non-enregisters, à la Anfosso.

Sylvain a dit…

P. Bourdillon m'a dit ne pas avoir l'intention d'enregistrer ces variétés. Je le regrette comme vous.

Jean-Luc a dit…

Je me suis fait exactement la meme réflection à propos du prix des nouvelles variétés quand j'ai reçu le catalogue Bourdillon 2008, le prix est un peu élevé!

loic a dit…

Luc Bourdillon serait-il capable de se souvenir, si quelqu'un pouvait le joindre bien sûr?
J'ai malgré tout commandé, malgré l'anonyma des iris et leur prix. Je veux juger sur pièce. Vous tiendrai au courant...

Loïc Tasquier