12.6.15

BLUEYED BRUNETTE (FDM)

Plutôt que pour une banale description, je choisis pour ces « Fleur du Mois » une variété avec laquelle j'ai vécu une histoire. 'Blueyed Brunette' n'échappe pas à cette règle. 'Blueyed Brunette' (Charles Hall, 1962) est entré dans ma collection à un moment où, comme pratiquement tous les collectionneurs, j'ai éprouvé le besoin d'ajouter à mes iris, jusque là très classiques, quelque chose de plus original ou qui, plus simplement, sortait un peu de l'ordinaire. Le fait que ce soit une variété d'origine anglaise, qu'elle ait obtenu la Médaille de Dykes britannique, qu'elle apparaisse dans le catalogue de Lawrence Ransom sous une description flatteuse, m'a fait pencher en sa faveur. Elle a fleuri dès son premier printemps en Touraine et s'est montrée fidèle et vigoureuse. Elle a montré ses jolies petites fleurs couleur tabac, toute simples, pendant de nombreuses années, jusqu'au jour où, je le regrette aujourd'hui, à l'occasion d'une transplantation, j'ai jugé bon de ne pas la réintroduire dans ma collection rénovée. A l'époque j'avais plus d'attirance pour les iris aux fleurs modernes, ondulées et frisées, et chez Ghio ou Schreiner il y avait alors des variétés couleur tabac qui correspondaient à ces choix. 'Blueyed Brunette a donc disparu à ce moment. Ce fut une décision funeste, je le reconnais aujourd'hui. Même que, si j'avais eu quelques décennies de moins, j'aurais pu qualifier ça d'erreur de jeunesse !

'Blueyed Brunette' résulte du croisement (Quechee X Carnton), deux variétés dans les tons de brun, issues elle-même d'une série d'iris bruns. 'Quechee' (Knowlton, 1947) a été assez recherché en hybridation, 'Carnton' (Wills, 1950) un peu moins. Charles Hall, du même croisement, a enregistré deux autres iris bruns : 'Redbourne' (1965), et 'Royal Oak' (1962). Ces deux-là n'ont pas eu une destinée aussi flatteuse que celle de leur frère de semis. Mais un autre enfant de 'Quechee' est aussi venu sur le devant de la scène. C'est 'Muriel Neville' (Fothergill, 1963) qui a obtenu à son tour la British Dykes Medal en 1973. Enfin notons que 'Quechee' figure dans le pedigree de 'Fortunate Son' (Schreiner, 2006, preuve s'il en est besoin qu'il n'est pas encore complètement oublié. Tout ceci est le signe que ce 'Quechee' avait un excellent potentiel génétique. De son côté 'Carnton' dont les descendants sont bien moins nombreux, est à l'origine de 'Natchez Trace' (Wills, 1964), un autre brun très apprécié en son temps et qui figure toujours dans de nombreuses collections.

 Le registre mondial des variétés de grands iris ne comporte pas de descendant connu de 'Blueyed Brunette'. Il est vrai que ce cultivar, issu d'une longue lignée d'iris bruns, ne pouvait guère laisser espérer une possible amélioration de ses qualités. Ce n'est pas le cas de ses deux frères de semis. 'Redbourne' a donné naissance à 'Brigand' (C. Hall, 1971), un autre brun. Quant à 'Royal Oak', sa descendance est plus importante et comprend quelques bruns intéressants comme 'Audley' (C. Hall, 1974), brun clair, ou 'Sienna' (C. Hall, 1974), brun foncé. Ces variétés font partie des derniers enregistrements de leur obtenteur.

S'il est encore possible de se procurer ce 'Blueyed Brunette', je le conseille vivement à ceux qui aiment les iris au charme un peu désuet, qui portent des petites fleurs sans fioritures (tailored and dainty, comme ont dit outre-manche). Je me dis chaque année que j'aurais bien du le garder !

Illustrations : 


 'Blueyed Brunette' 


'Quechee' 


'Muriel Neville' 


'Natchez Trace'

2 commentaires:

Anonyme a dit…

A priori disponible chez Seagate Iris - UK

Est-ce que l'on peut le qualifier de "Grand Iris à Petites Fleurs" ?
Ou simplement de "Grand Iris à fleurs plutôt petites du début des années 1960" ?

@+

Jérôme B

Sylvain a dit…

Le second élément de l'alternative me semble le mieux adapté.