13.6.08

GROSSE FRAYEUR

Les deux dernières semaines de mai ont été exceptionnellement orageuses et pluvieuses. Les iris n’apprécient guère les grosses averses. En une soirée, ce qui était un chatoiement de fleurs multicolores est devenu un amas de tiges couchées et de corolles pourrissantes. Je craignais les conséquences de ces intempéries, mais, engagements pris par ailleurs, je suis parti pour une semaine en Alsace. Semaine d’ailleurs plus arrosée à l’eau de pluie qu’au riesling !

Dès mon retour je suis allé faire un tour au jardin d’iris. En quelques jours toutes les plantes avaient pris leur tenue d’été : feuilles desséchées, rhizomes mûrissant sous le soleil retrouvé. Mais un examen plus précis révélait un grand nombre d’attaques de pourritures, essentiellement là où les hampes florales n’avaient pas pu être coupées avant mon départ. Plusieurs dizaines d’iris étaient atteints. A la hâte, j’ai préparé une bonne dose d’eau javellisée et, au pulvérisateur, j’ai aspergé touffe après touffe. Travail longs et fastidieux, douloureux pour le dos, quand il concerne près de 300 variétés, mais indispensable pour limiter la casse aux rhizomes les plus attaqués et déjà quasi morts. Et l’histoire ne dit pas comment les nombreux escargots qui attendaient la fraîche en somnolant au cœur des touffes ont supporté la douche parfumée façon piscine qui leur a été imposée.

Deux jours après ce traitement, les iris semblent avoir surmonté leur maladie. Pas de nouveaux malades, pas de traces de dessèchement, feuillage conservant son aspect normal… La crise est-elle surmontée ? Il est encore trop tôt pour l’affirmer. Mais il est certain qu’un certain nombre d’iris ne s’en remettront pas !

Cet incident m’ennuie, mais je me dis aussi que je trouvais que ma collection commençait à vieillir. Les iris qui vont disparaître vont faire de la place et l’an prochain je pourrai installer des variétés modernes qui me font envie. A quelque chose malheur peut être bon…

2 commentaires:

Jean-Luc a dit…

Je pense que cette année nous devons être nombreux à avoir eu ce genre de probleme, je pense que j'ai reussi à sauver tous mes "malades" , en ce qui me concerne je n'aime perdre aucun iris de ma collection, meme les plus anciens, j'y tiens trop !

pilou a dit…

Bonjour SYLVAIN,
Désolé pour tes iris, C'est fou ce temps cette année......
Je confirme le commentaire de Jean luc,cette année est une catastrophe pour beaucoup, même nous,dans le sud, nous sommes touchés, on ne peut pas encore faire le bilan, il vient d'avoir un sacré orage il y'a 1 heure et ce n'est pas fini......., Il est certains que nous risquons de perdre quelques iris dont 1 très très récent qui avait fleuri qu'une fois et qui promettait beaucoup!!! Trois fois hèlas....Nous allons essayer de sauver un morceau de rhizome, espèrons.