25.5.14

UNE FAMILLE EN OR

En un peu plus de 25 ans d’exercice de la profession d'hybrideur, Richard Ernst a enregistre environ 265 variétés d’iris, essentiellement des TB. Ce qui fait la particularité des iris Ernst c’est leur excellent succès auprès du public, tant aux USA qu’ailleurs dans le monde, et leur échec auprès des « professionnels de la profession ». Comment expliquer ce paradoxe ? Des iris généralement excellents, qui poussent bien, qui sont souvent originaux, et qui n'ont recueilli que si peu de récompenses… Aucune Dykes Medal, et, toutes catégories confondues, une douzaine (1) d’Awards of Merit et une cinquantaine d’Honorable Mentions. C'est tout et c'est très peu. Pour un nombre assez semblable d’enregistrements, Paul Black a un autre palmarès : rien que pour les TB, je lui ai compté 24 AM et 58 HM ! Il y a eu un cas de désamour un peu semblable avec les iris de Gordon Plough, dans les années 60/70. Mais si le taux de récompense en AM de ce dernier se situe autour de 15%, c’est tout de même bien plus important que les 5% de Richard Ernst, même si on est fort loin de 45% de Keith Keppel ! Et on ne peut pas dire que c’est un manque de visibilité des variétés qui serait la cause de l’absence de considération puisque les iris Ernst, vendus par Cooley's Garden, la plus importante affaire d'iris au monde, sont certainement parmi les mieux commercialisés. Le mystère reste entier.

Il faut rendre justice à Rick Ernst et reconnaître qu'il a été un hybrideur sérieux, et particulièrement bien inspiré. Prenons le cas de son croisement fétiche : (Edna's Wish X Wild Jasmine). L’intérêt de Richard Ernst pour ce croisement ne s'est jamais arrêté.. Les premiers produits du couple ont été enregistrés en 1991 et en 2004 il apparaît encore dans le pedigree de 'Time Warp'. Au fil du temps et avec une trentaine de variétés, on distingue quatre modèles de fleur dans la descendance : les iris jaunes (avec parfois un léger saupoudrage de brun, autour des barbes), les plicatas bruns (sur fond blanc ou jaune), les plicatas violets (souvent en deux tons de couleur) et les « distallatas + » (j'appelle ainsi une évolution du modèle créé par Keppel et Ghio à la fin des années 1990).

 Les cinq premiers iris de cette famille en or à avoir été enregistrés sont: 'Amber Tambour' (1991), 'Chiffon Ruffles' (1991), 'Desert Renegade' (1992), 'Hearthstone' (1993) et 'Shooting Stars' (1992), et on y distingue déjà deux des modèles notés ci-dessus. Les plicatas violets et les distallatas + apparaissent à la génération suivante : 'Berry Burst' (2004), 'Loopty Loo' (2004), 'Newsworthy' (2004), 'Sugar in the Morning' (2006) et 'Phoebe's Frolic' (2006). Par la suite, l'ajout d'autres composants n'a pas profondément modifié les résultats.

 Dans la série des fleurs jaunes on trouve, outre 'Amber Tambour' (1991), 'Candlelight Mood' (1996), 'Champagne Time' (2003), 'Lemon Dew' (1998), 'Spectral Challenge' (1997) et 'Time Warp' (2004) (j'en ai peut-être oublié...). Ce sont de jolis fleurs, mais elles ne font pas partie des plus originales.

Les plicatas bruns ne sont pas plus nombreux : 'Desert Renegade' (1992), 'Hearthstone' (1993)'Shooting Stars' (1992), 'Cinnamon Glow' (1998), 'Indian Sandstone' (1996) .

Les plicatas violets (ou lilas, mauve, pourpre...) s'appellent : 'Berry Burst' (2004), 'Loopty Loo' (2004), 'Newsworthy' (2004), 'Sugar in the Morning' (2006), 'Crimson Twist' (1996), 'Ball of Confusion' (2004), 'Child of Royalty' (2001), 'Smokin' (2001), 'Schizo' (2003), 'Liberal Bias' (2004) et 'Time Will Tell' (1999). Parmi ceux-ci, il y a des variétés vraiment intéressantes, avec un liseré brun sur les pétales qui en fait le charme.

 Ceux que j'appelle les « distallatas + » sont de loin les plus originaux et les plus créateurs de nouveauté. Certes Rick Ernst n'est pas l'initiateur du modèle, lequel est apparu, je crois, chez les duettistes Black et Johnson, mais il y a apporté une touche un peu différente, dont la variété emblématique est 'Ring Around Rosie' (2000). Dans cette série je classe 'Phoebe's Frolic'' (2006), 'Carnival Ride' (2002), 'Whispering Spirits' (2001).

 Avec un tel panel de variétés remarquables issues d'un même croisement, on est bien obligé de reconnaître que Rick Ernst était un grand champion de l'hybridation.Il faudrait que les juges américains, si cela était possible, admettent qu'ils ont fait preuve d'un ostracisme bien cruel et même qu'ils ont commis une injustice. Mais la repentance ne fait pas partie des conseils donnés dans la bible dont se servent les juges. D'ailleurs, ce n'est pas la première fois que des erreurs d'appréciation entachent leurs décisions: souvenons-nous que Melba Hamblen est passée à côté de toutes les plus grandes distinctions, et que Mme Rees n'a jamais assisté au couronnement de son inestimable 'Snow Flurry'.

 Illustrations :

 'Candlelight Mood'

 'Indian Sandstone'

 'Schizo'

 'Carnival Ride'

4 commentaires:

gerard a dit…

Entièrement d'accord.
Sauf pour Loopty Loo qu'on peu difficilement considérer comme un plicata et qui est néanmoins un fort beau sujet de Black (2007)

8499569856

gerard a dit…

En fait, ce n'était pas Loopty Loo mais Looky Loo (Ernst 2004).
C'eqst ennuyeux quand des iris de nom si proches sont enregistrés, cela crée la confusion !

Anonyme a dit…

Je suis tout à fait d'accord avec tes propos sur les jugements des iris de R. Ernst. Sans doute étaient-ils trop tardifs pour être jugés en même temps que les autres .
Pour lui rentre hommage à ma façon, j'ai réalisé en 2011 le croisement suivant:
Thundering Ovation X Looky Loo

Looky loo est effectivement un iris de R. Ernst qui a la particularité d'avoir ses 8 arrière-arrières grands parents issus du croisement "Edna's Wish x Wild Jasmine".
Thundering Ovation est un iris de P. Black dont la généalogie est: Time Well x (Dream of Gold x Epicenter). Time Well est un iris de R. Ernst dont les deux parents sont issus du croisement fétiche "Edna's Wish x Wild Jasmine". Dream of Gold est un iris de P. Black issu d'un semis de P. Black x Wild Jasmine (tiens, tiens)). Epicenter est un plicata de J. Ghio.

Sylvain a dit…

OK ! Et cela a donné quoi ?