10.10.14

ENQUÊTE EN COURS

Les habitués de Irisenligne ont peut-être constaté la disparition de l'article « A la manière de Barbey d'Aurévilly » publié il y a deux semaines. Cet article a été retiré à la demande d'une personne se plaignant du non-respect de ses droits d'auteur. Je n'ai pas encore réussi à savoir de qui vient la demande de retrait. La possibilité de demander la suppression d'un texte sans avoir à apporter aucune justification ouvre malheureusement la voie à tous les abus et toutes les malveillances. Le texte étant de moi et de moi seul, la réclamation ne peut a priori concerner que la photo d'illustration. L'auteur de celle-ci est un certain Terry Johnson, alias IRIS HUNTER, un amateur d'iris néo-zélandais. Il y a plusieurs années je lui ai demandé l'autorisation d'utiliser ses photos et il me l'a donnée... Mais il se trouve que cet homme est en relation avec deux personnes qui développent à mon égard une animosité morbide. La plainte viendrait - elle de ce côté-là ? Je n'ai encore aucune certitude, je ne puis donc pas être affirmatif, mais je continue mes investigations. Si celles-ci aboutissent, le pastiche sera de nouveau publié, sans la photo, bien sûr. Et en attendant je le tiens à la disposition de ceux qui voudraient un « tiré à part ».

10 commentaires:

Iris Hunter a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Iris Hunter a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Iris Hunter a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Iris Hunter a dit…

Sylvain,
Let me explain.All pages on my Blog are monitored and protected by DMCA. My understanding is that the take down notice issued to you is for the photo used in association with a post"In the way of Barbey d'Aurévilly" .
The DMCA certificate for the page you took the photo from can be seen at http://www.dmca.com/Protection/Status.aspx?ID=e3ca04aa-e6fe-436b-a603-94a226cd0c61
The photo used has been without my permission and had you in this instance sought permission from me to use the photo I would not have given permission for you or Irisenligne to use it.
There is no abuse of the Take Down Notice on my or my agents (DMCA) behalf you simply have not sought permission from myself to use any of my photos.
The Take Down notice for the photo (and applies only to the photo) is therefore Valid.
Terry Johnson
HERITAGE IRISES

Sylvain a dit…

Il se peut que j'aie mal interprété l'autorisation que vous m'avez donnée il y a plusieurs année. Je le regrette vivement, et je vous demande de m'excuser. Je vous donne aussi l'assurance que vos photos n'apparaîtront plus dans ce blog.

gerard a dit…

La question de la propriété intellectuelle des images fait depuis longtemps l'objet de débat de part et d'autre de l'Atlantique.
Je voudrais juste donner mon point de vue qui bien sûr est personnel.
Je suis souvent stupéfait de la prétention de certains preneurs d'images (médiocres, mal exposées, mal cadrées, mal développées) à invoquer à hauts cris la défense de la propriété intellectuelle. Voici que tout pousseur de bouton, muni d'un smartphone ou de n'importe quel appareil numérique se prend pour Cartier Bresson.
Peut-être faudrait-il rester modeste… La plupart des photos d'iris que nous prenons sont des photos d'identité sans valeur artistique particulière.
Que leur utilisation fasse l'objet d'une demande d'autorisation, cela semble la moindre des choses, mais de là à prétendre, comme le font certaines et certains, à une propriété intellectuelle protégée par un copyright, il y a au moins une méconnaissance de ce que signifie "intellectuel".
S'agissant des photos qui sont des œuvres d'art ou qui peuvent y prétendre, il en va différemment. Mais elles ne constituent pas la majorité de ce qu'on peut voir sur les réseaux.
On me dira : "mais qui est juge". Vaste question. Difficile de décider pour les autres. Pour ma part, malgré le soin que je mets dans la réalisation des photos destinées à être publiées, je considère qu'elles sont d'usage public, et si elles rendent service, tant mieux. Toute demande (question de courtoisie) obtiendra une réponse favorable.

Anonyme a dit…

Étonnant, non ? (comme disait Desproges). En l’occurrence, Sylvain Ruaud ne vendait rien ni ne tirait aucun gain financier de l'utilisation de ladite photo, pas plus qu'il ne l'avait dénaturée par modification! Car c'est bien de cela qu'il s'agit lorsqu'on se protège commercialement ou intellectuellement par des licences, des copyright etc... Quant aux commères aigries, mieux vaut les ignorer ! (sur l'air de c'est la mère Michel qui a perdu son chat).
Alain Franco.

gerard a dit…

Dans le style du général : "La Nouvelle Zélande est une ile et entend bien le rester"
Quant aux commères à l'affut, je suis d'accord, elles ne méritent même pas qu'on leur prête attention.

Anonyme a dit…

Gerard a ecrit:"Je suis souvent stupéfait de la prétention de certains preneurs d'images (médiocres, mal exposées, mal cadrées, mal développées) à invoquer à hauts cris la défense de la propriété intellectuelle. Voici que tout pousseur de bouton, muni d'un smartphone ou de n'importe quel appareil numérique se prend pour Cartier Bresson."

Il ne s'agit pas de qualité esthétique mais bien de propriété intellectuelle, associée à toute création, même très inesthétique. La solution consiste tout simplement à référencer le site d'origine. Libre alors au lecteur de s'y référer et tout le monde est content.

Je trouve dommage que ce blog devienne le champ d'une bataille que je ne comprends pas alors qu'il s'agit d'un des rares blogs instructif sur les iris, bien plus instructif que bien des sites d'associations ou de fils de discussions...

Alors un peu de distance vis-à-vis des critiques, fussent-elles de la part de "commères" ou de "compères" - le sens premier de ces mots laissent du reste à penser quant à leur emploi actuel - et s'il vous plait, Sylvain, élevez le débat!

Sylvain a dit…

Il n'y aura pas débat sur cette affaire. J'ai dit ce que j'avais à dire.Les commentateurs expriment leur opinion, en toute liberté.
Une question,tout de même, pourquoi garder l'anonymat quand on a quelque chose d'important à dire ?