5.2.16

ECHOS DU MONDE DES IRIS

Quantité et qualité.

Ça n'est pas courant de voir quelqu'un qui dit les choses comme il les voit. Dans son blog « Le jardin du vieux cerisier », Jérôme Patard parle librement des iris qu'il cultive dans son jardin. Il décrit avec sincérité les résultats qu'il obtient, et quand il constate que quelque-chose ne va pas, il le dit. C'est ainsi que plusieurs fois, ces temps derniers, il a déclaré que, pour telle ou telle variété, il remarquait que la douleur était jolie et originale, mais que les fleurs étaient trop serrées contre la tige, ou toutes groupées au sommet, ou que le nombre de boutons était trop faible... Et cela même chez des obtenteurs des plus réputés.

La mode est à la multiplication des nouveautés. Celui qui, il y a dix ou vingt ans, proposait chaque années une poignée de nouveaux iris, en aligne aujourd'hui de longues listes. Il ne faut pas nier qu'il est plus facile à l'heure actuelle d'obtenir des variétés intéressantes, mais faut-il pour cette raison se montrer moins rigoureux dans sa sélection, au point de proposer des variétés aux fleurs superbes, mais portées par des plantes atteintes de nombreux défauts ?

Je regrette cette inflation, et Jérôme Patard en démontre certains risques.

Illustrations 


'Calling' 


'Girl Gone Wild'


'I'm Shook Up'

4 commentaires:

jérôme a dit…

Merci pour cet article Sylvain. Nous partageons donc le même avis. Les nouveautés de Paul Black et Thomas Johnson qui sont actuellement dévoilées sur la page Facebook Midamerica Garden ne font que renforcer cette impression, on est en passe d'avoir une quarantaine ou une cinquantaine de nouveautés! Hormis quelques originaux, beaucoup semblent avoir déjà été vus, à 50 dollars l'iris voir plus on est en droit d'avoir des plants proches de la perfection pour du déjà vu. Le problème c'est qu'il est difficile de savoir vu qu'il est bien rare qu'une photo du branchement soit proposée. Après il ne faut pas non plus négliger le fait que la qualité d'une plante peut changer d'un terrain à un autre.

ps: pour la dernière photo il s'agit de 'I'm All Shook Up'

Sylvain a dit…

OK pour le nom à corriger.
Pour le reste, quelest le véritable but de cette inflation ? Une question d'argent ? Plus il y a de plantes à 50$ plus on fait de sous ?

jérôme a dit…

Je ne vois pas d'autre explication. Les hybrideurs ont le monopole du bénéfice de leur travail durant les 2-3 premières années, ensuite tout le monde peut vendre ou échanger leurs créations. Il faut donc que les nouveautés soient très nombreuses et très chères pour qu'ils gagnent leur vie...
Brevetabiliser les iris aurait bien des avantages.

Anonyme a dit…

Trop cher et impossible à contrôler.